Biographie Actualités Galerie Photo Vidéo Publications Ecrire au président

ACTUALITES

CRISE DANS LA FILIÈRE CAJOU : COMMENT SAUVER LA CAMPAGNE 2020

Opinions
juil. 28, 2019 noix-cajou.jpg

La culture de l'anacardier a été introduite en Côte d'Ivoire depuis les années 70, cela dans le souci de reboiser et de servir de pare-feu autour des exploitations agricoles.

 

Ce n'est que dans les années 1989 que ces noix deviennent un produit marchand, exportable vers l’Inde (premier partenaire sur ce marché).

Avec une demande très forte, les plantations deviennent plus extensives et les producteurs plus nombreux, avec l'entrée de plusieurs acteurs dans ladite filière.

Pour un produit fortement cultivé et demandé sur le marché extérieur, le régime du Président Laurent Gbagbo va mettre en place par décret l’ARECA (Autorité de Régulation du Coton et de l’anacarde).

Elle avait pour objectif, la professionnalisation de la filière de la noix de cajou en vue de mettre en place :

- Un système de régulation et de recettes adapté ;

- Un fonds de garantie pour la structuration du secteur et pour la transformation de la noix de cajou

- La mise en place d'une interprofession.

Malgré une imposition totale de 5, 5 F et un DUS de 10 F/Kg exporté, la volonté politique d'organiser et structurer la filière de la noix de cajou est restée au stade de projet inachevé, surtout pour la mise en place d'un fonds de garantie et l'organisation des producteurs (maillon à ne pas rendre fort officieusement).

Les sommes prélevées (comme pour les anciennes structures agricoles) avaient une destination souvent floue (surtout les fonds des producteurs).

A l'avènement du régime actuel, un nouveau décret a été pris pour remplacer l'ARECA par le CCA (Conseil Coton Anacarde). Ce dernier né venait : améliorer la vision de l'État, garantir au producteur 60% du prix du marché International, accroître les prélèvements au compte de l'État afin de financer les besoins de développement et surtout susciter puis booster la transformation locale de la noix de cajou.

Avec l'environnement sécuritaire rassurant, la demande est devenue forte par l'entrée sur le marché d'acheteurs vietnamiens, d'importateurs brésiliens ...

Ces pays concurrents vont créer une spéculation folle, provoquant une inflation du prix bord champ de 275 à 450 F/Kg la première année, jusqu'à atteindre 900 F/Kg les autres années.

Dans l’euphorie, le politique en a fait une récupération.  Le Conseil s'est arrogé ce succès sans pour autant faire une analyse, une anticipation sur les effets pervers du marché spéculatif, du revers de l'inflation et de tous les effets collatéraux à venir.

La loi de l'offre et de la demande, les exigences du marché international sont venus rappeler à chacun, la réalité du cours des matières premières, la vulnérabilité de nos États.

Aujourd'hui le gouvernement, à travers le Conseil Coton Anacarde, essaie de trouver des solutions de parade, qui s’avèrent n’être pour le moment que des palliatifs. Les stocks continuent de sortir chaque année vers le Ghana et cela depuis 2009. Les invendus de la campagne 2018 affectent sérieusement la qualité des stocks actuels. De la défunte ARECA à la nouvelle CCA, la gestion de la filière cajou reste très critiquable malgré certains acquis.

Ainsi pour juguler la crise, il faut poser de bons diagnostics afin de trouver de meilleures solutions pour la campagne 2020.

A- Mesures immédiates

 1- Juguler la crise en rachetant les anciens stocks 2018 à prix liquidatif et le déposer pour transformation intérieure auprès des nationaux

2- Accepter de perdre la face en achetant toutes les quantités de cette année au prix du marché (bas) afin de soulager les producteurs au lieu du prix fixé de 375 F qui n'aidera pas pour le raclage d'une bonne quantité ou l'écoulement facile

3- Réquisitionner les entrepôts bord-champs pour le stockage et l'entretien de la qualité des noix.

4- Sensibiliser le monde rural à la production de plus de cultures vivrières afin de contenir la surproduction

5- Inculquer le patriotisme économique à nos gardes-frontières afin de réduire la porosité de nos frontières et la fuite de nos produits agricoles (nos richesses) vers le Ghana, le Mali et Burkina Faso.

 B- Mesures progressives

Il est juste de constater que lorsqu'un ou des partenaires place (nt) au cœur du système ses hommes ou arrivent à y recruter des collabos (chefs de zone) nous rentrons dans le jeu de l'intelligence économique. L’intelligence, le renseignement ... sont des supports pour la diplomatie ou la guerre économique.

En 2015 et 2016, nous avons dit à des amis que l'inflation allait se retourner, par effet boomerang contre nous, pour installer la déflation. Et que l'installation des multinationales au bord-champs sonnait le contrôle du marché par le prix ou le contrôle bout à bout du réseau d'approvisionnement local.

A ce stade de la crise, nous n'avons plus assez de leviers curatifs pour éviter ou contenir la dégringolade.

A défaut d'avoir manqué d’anticipation, il faut maintenant rentrer en négociation et concéder beaucoup afin de reprendre la main, les années à venir.

Pour cela, le Conseil doit :

- Mettre en place une interprofession solide et fiable qui sera un creuset des rapports de force

- Racheter tous les magasins bord-champs des multinationales et leur interdire formellement les achats bord-champs

- Punir en son sein les conflits d’intérêts, les délits d’initiés (relever les chefs de zone et les régulateur businessman ...)

- Revoir le mécanisme de fixation de prix et choisir un marché de référence (Ex : la BRVM)

- Revoir les impositions sur la filière tout en utilisant judicieusement les fonds engrangés pour soutenir l’industrialisation du secteur

- Surseoir au SIETTA et négocier la technologie de transformation d'État à État.  La volonté de nous vendre leurs technologies de transformation de la part des premiers usiniers en Inde et au Vietnam... comme dans le cacao, n'est pas sincère (protectionnisme)...

Ce sont quelques mesures non exhaustives que nous proposons pour circonscrire les effets dominos à cette crise.

K. T. ZIE


AUTRES ARTICLES




gks

Copyright 2019 - Guillaumesoro.ci