Biographie Actualités Galerie Photo Vidéo Publications Ecrire au président

ACTUALITES

Croisade de pseudo-intellectuels contre Guillaume Soro, à quelles fins ?

Opinions
avril 23, 2019 kader.jpg

Les maitres penseurs et les plus grands philosophes se retourneront certainement dans leurs tombes s’ils sont au fait de pratiques d’intellectuels qui se réclament d’eux. À propos, Michel Audiard (1920-1985) nous édifie. « Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche ». J’ajoute, un intellectuel assis sur ses méninges, qui a des analyses sujettes à ses tiraillements stomacaux, c’est-à-dire, qui réfléchit selon que sa panse soit vide ou pleine, est un véritable danger pour la société, l’humanité.

C’est ce à quoi la société ivoirienne tirée par un microcosme politique fait de mesquineries a désormais droit. Un mélodrame qui ne manque de faire apprécier la démission ou la participation fleuve et imprécise de ceux qui devaient normalement être les censeurs de cette société de plus en plus décadente.

Pour être plus clair, à foison, on les voit de jour en jour à travers des circonvolutions quotidiennes sur les médias sociaux, dire, se dédire, affirmer et se rétracter sur des sujets que mordicus, ils avaient des arguments dits imparables par le passé pour défendre. Par exemple, les pères scripturaux de la doctrine ivoiritaire, maintenant cadeautés, sont missionnés pour vouer aux gémonies Guillaume Soro, l’ex-chef du parlement ivoirien, qui au quotidien, construit des domaines infrastructurels, des temples de savoir desquels on espère, ne sortiront pas des intellectuels de leur trempe. 

Ça s’érige en doctrine. Et, des battues aux intellectuels sont organisées pour les retrouver pour casser du Guillaume Soro, une mission sacerdotale désormais.

Ces pseudos-intellectuels ne sont pas seuls embarqués dans cette croisade anti-Soro. La caporalisation des médias d’Etat effective, où Guillaume Soro est a posteriori blacklisté, l’on remarque aussi des journaleux avec leurs ramassis de textes caviardés. Bénéficiant gracieusement de finances occultes, ces pisse-copies avec leurs nombreux chiens écrasés composent avec ces so called intellectuels, la paire parfaite pour bidonner au jour le jour des réflexions dans le but de salir l’honorabilité du Président du Comité Politique trop bien occupé pourtant à poser des actes qui impactent positivement sur le quotidien des ivoiriens. 

Pour compléter ce sombre tableau, je ne peux manquer d’ajouter ceux qui l’injurent au bout de la langue, des tares évidentes en réflexion mais avec qui tous les petits bouddhas du RHDP unifié posent en photo pour immortaliser la bêtise et l’incompétence. Rendez-vous maitres d’injures publiques, en dessous de la ceinture et des pagnes, et dans ce groupement politique, vous êtes élevés au panthéon.

Tout ceci dit, il faut en venir à une conclusion. Les châteaux de carte, sans fondements solides, sont toujours fragiles. Et, pour qu’ils ne s’écroulent pas vite, il faut manifester la solidarité dans la bêtise. Blaise Pascal nous enseigne que la bêtise sait insister et c’est ce à quoi l’on assiste jours et nuits.

Du côté du député de Ferkessédougou, zen et serein. Pas grand fan de bureaux feutrés, il fait vite de prendre ses habits d’homme de terrain étant véritablement sensible aux préoccupations de ses concitoyens. De la politique telle qu’elle devrait être pratiquée et non celle qui encense ceux qui sont perpétuellement à la recherche de poux sur des crânes chauves. 

Se dressent donc deux tableaux. Ceux qui ont pour mission, au risque d’être mal référencés dans l’histoire, d’effacer les traces des forages en don, d’écoles construites, de centres de santé réhabilités, d’ambulances offertes, liste non exhaustive, et le camp de celui qui comme la caravane qui ne fait pas attention aux aboiements de chiens errants, continue à soulager et montrer du doigt tout ce qui ne va pas, alors qu’il est fait croire partout que le paradis s’est installé en Côte d’ivoire.

Ça ne serait pas prétentieux d’avancer que le nom de Guillaume Soro est celui qui revient le plus dans les conversations. C’est une évidence consécutive aux nobles actions concrètes dont l’homme se fait le dépositaire. Bien avant son « chômage », il était des rares qui se penchaient sur les cas sociaux et humanitaires. La jeunesse du défunt RDR l’a confirmé via son premier responsable à une rencontre au domicile du PCP le 11 avril 2016. « Vous êtes le seul cadre du parti qui avez pensé à la jeunesse du RDR en offrant cet important don ».

Les logorrhées intempestives quotidiennes aux allures de muppet show constituent une flatulence qui pourrit l’atmosphère. Comparées au lot d’incessantes promesses jamais réalisées, les actions de Guillaume Soro devraient être chantées et encouragées en lieu et place de se faire complices de la géhenne que vivent les populations qui ne sont pas sous les spotlights abidjanais. Ceci dit, nous retenons ce que les populations retiennent effectivement. Qui est fou pour considérer le lynchage médiatique impromptu sur une personne qui fait don de soi, d’écoles, de forages, de centres de santé. Elles savent par-dessus tout que Guillaume Soro a fait de la solidarité, son essentiel. 

Pour la chute de cette opinion, tout comme elle a débuté, retenons qu’une foule d’intellectuels qui se refusent à des sorties constructives dans une société en pleine déliquescence, a le QI égal au plus sot de ses membres. 

K.D


AUTRES ARTICLES


COMMENTAIRES



gks

Copyright 2019 - Guillaumesoro.ci