Biographie Actualités Galerie Photo Vidéo Publications Ecrire au président

ACTUALITES

Affaire Bamba Moriféré / Son collectif d’avocats donne de la voix

Politique
juil. 8, 2019 AFFOU.png

Le collectif d’avocats, conseil du professeur Bamba Moriféré, a animé, ce lundi 08 juillet 2019, un point de presse à son cabinet sis au plateau à l’immeuble Gyam. Les points abordés lors de ce rendez-vous avec les médias ont été l’affaire de Me Affoussiata Bamba-Lamine et son confrère Me Diallo Souleymane. Notamment, l’enlèvement du professeur Bamba Moriféré et les questions relatives aux violations des libertés publiques en Côte d’Ivoire ont été le menu servi aux journalistes par les deux avocats.

« Le samedi aux environs de 20 heures des hommes en tenue se sont présentés au domicile du professeur Bamba Moriféré pour, disent-ils, l’auditionner sur demande du commissariat du 30ème. Ces hommes ont profité du fait que la Sécurité a entrouvert la porte et ils se sont introduits de force dans la résidence, j’étais sur les lieux et je suis venue vers eux pour leur demander pourquoi ils étaient là et en si grand nombre », a expliqué l’avocate qui, selon ses dires, s’est farouchement opposée avec des arguments, et ces hommes ont préféré reculé.

« Je vous assure que cela n’a pas été facile, mais ils ont bien vu notre détermination et ils ont bien été obligés de retourner », indique Me Affoussiata. Et d’ajouter que suite à cela, le professeur a estimé qu’il était utile qu’il prenne un recul dans une résidence secondaire. Mais, ce n’était que partie remise à en croire l’avocate : « ils se sont à nouveau présentés à ce domicile et cette fois-ci cagoulés et ils l’ont pris manu militari et ce, devant témoins, avec des armes pour, disent-ils, aller l’auditionner ». Pour Me Affoussiata, face à la gravité de ces faits, c’est de dire qu’on peut débarquer au domicile de quelqu’un qui plus, est une personnalité politique et l’enlever, parce qu’il s’agissait d’un enlèvement, sans cause et le faire disparaitre. Imaginez que nous n’avions pas été là ce soir-là, qu’est-ce qui se serait passé ?» S’est-elle interrogée et de dénoncer le mode opératoire qui s’est fait au mépris de toute procédure :

« Vous le prenez, vous le conduisez à un endroit secret, parce que de 19 heures jusqu’à 21 heures 30 minutes, nous n’avons pas de ses nouvelles et puis à 22 heures presque, comme dans un chapeau, on nous dit qu’il est à la préfecture de police », a-t-elle décrié. Et de faire savoir qu’aucun élément ne leur a été indiqué sur les faits qui sont portés à l’encontre du professeur Bamba Moriféré.

A son tour, Me Diallo a ajouté qu’à cet effet, le procureur a été saisi par eux. « A ce jour je ne saurai vous dire qu’est-ce qui est reproché au professeur Bamba Moriféré. Nous avons saisi le procureur de la République. Nous estimons que pour l’heure, ce qui s’est passé est un acte isolé ou un malentendu. Il y a une loi, celle de 2005 qui stipule qu’un ancien membre du gouvernement ne peut pas être poursuivi comme un citoyen ordinaire, cela doit suivre une procédure spéciale, a-t-il rappelé.

II faut faire savoir que le professeur Bamba Moriféré avait pris part ce samedi 6 juillet a un meeting organisé à Anono par l’opposition pour exiger la gratuité de la carte nationale d’identité. En sa qualité de président du Rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire, il n’a pas pris faits et cause pour le pouvoir et le gouvernement lors de son temps de parole.

 Nabila Fengayéri


AUTRES ARTICLES


COMMENTAIRES



gks

Copyright 2019 - Guillaumesoro.ci