Biographie Actualités Galerie Photo Vidéo Publications Ecrire au président

ACTUALITES

Voici bientôt 2020: que va donc faire Guillaume Kigbafori SORO?

Politique
sept. 28, 2019 GKS dans le Peuple 2019.jpg

Voici bientôt 2020 : que va donc faire Guillaume Kigbafori Soro ? (1ère partie)

L’Editorial du Professeur Franklin Nyamsi Wa Kamerun

 

 

 

           La Côte d’Ivoire entre bientôt dans l’année électorale 2020.  Que va donc faire le leader Guillaume Kigbafori Soro ? Comment va-t-il aborder la séquence historique qui s’ouvre dans son pays, quand on sait que depuis l’élection présidentielle de 1995, l’Histoire de ce pays connaît toujours un tournant autour de la mère des consultations populaires ? Les  establishments politiques de tous bords, les médias nationaux et internationaux, les marabouts et devins de toutes contrées, les grins et agoras, les palabres de cours communes, les causeries champêtres et celles des marchés, se sont emparés de la question. Chacun croit savoir, chacun croit pouvoir dire ce que Guillaume Kigbafori Soro pense, prépare, fait et fera. Et comme on pouvait s’y attendre, beaucoup se trompent, en prenant leurs propres désirs, voire beaucoup de leurs fantasmes pour des réalités avérées.
             Dans tous les cas, Guillaume Kigbafori Soro apparaît de plus en plus comme le point focal, la pierre angulaire de la grande rupture politique qui couve sous les plaques tectoniques de la nation ivoirienne.  N’est-ce pas, à tout le moins, le signe que Guillaume Kigbafori Soro a affaire à la Côte d’Ivoire et que la Côte d’Ivoire a forcément affaire à lui ? La rencontre d’un destin individuel et d’un destin collectif relève de ces phénomènes sociaux rares qu’on devrait comparer aux éclipses. Où en sont les planètes Ivoire et GKS dans leur marché géante l’une vers l’autre ?

              Dans les lignes qui suivent, je voudrais examiner, dans une première tribune,  les fausses attentes que certains formulent envers le Président du Comité Politique, avant de me pencher, dans une tribune suivante,  sur les attentes profondes et légitimes des générations et peuples de Côte d’Ivoire, d’Afrique et du monde, envers le leader montant de la Côte d’Ivoire. Ainsi sera tracé, sous forme d’esquisse, par-delà courbons, monts et vaux, le point d’intersection inévitable entre Guillaume Kigbafori Soro et l’Histoire en mouvement de son pays.

 

I

Des attentes illusoires fomentées contre Guillaume Kigbafori Soro à la veille de 2020

Le complot[1] permanent anti-Soro au RHDP-RDR     

           Le régime du RHDP-RDR d’Alassane Dramane Ouattara fait depuis janvier 2017 notamment, des pieds et des mains pour éliminer[2] Guillaume Kigbafori Soro de la compétition politique de 2020.
            Avant de rappeler toutes les tentatives montées en ce sens par les sécurocrates de la Case, voyons pourquoi Alassane Dramane Ouattara est chaque jour obsédé par l’idée d’une scène politique ivoirienne sans le leader générationnel Guillaume Kigbafori Soro.  Trois raisons, scientifique, politique et stratégique, expliquent cette volonté obsédée d’éliminer Guillaume Kigbafori Soro, dans le camp Ouattara :

-Une raison scientifique : RHDP-RDR, il n’y a pas, selon les sondages effectués à la demande de l’actuel Président de la République[3] lui-même, et selon les sondages internationaux,  un seul candidat du RHDP-RDR qui soit en mesure de battre à la régulière, Guillaume Kigbafori Soro à l’élection présidentielle 2020. Ancien leader syndical, homme de l’année 1997 dans son pays, Guillaume Soro est largement et profondément connu des Ivoiriens comme le fils de leur terroir profond. Originaire du Nord et de religion catholique, Guillaume Soro, que les musulmans du pays considèrent largement comme l’un des leurs, est tout naturellement au croisement des trois cultures religieuses majeures de la Côte d’Ivoire : l’animisme africain, l’Islam et le catholicisme. Fils adoptif du centre-ouest bété par alliance et bénéficiaires de fidélités multiethniques avérées de millions d’ivoiriens qui le savent à l’abri du tribalisme, du régionalisme et de l’obscurantisme religieux, Guillaume Kigbafori Soro est une véritable laminaire dans son pays, un homme-Ivoire.

- Une raison politique : Guillaume Kigbafori Soro est la preuve vivante que le RHDP-RDR d’Alassane Dramane Ouattara n’a ni bastion, ni région captive dans ce pays. Alors que Ouattara avait assis dès les années 90 sa popularité sur son incontestable leadership sur le Nord du pays, le leadership nordiste, laïc et transethnique de Guillaume Kigbafori Soro, son CV politique au-dessus de la mêlée des héritiers de tous bords, redoublés de son enracinement syndical, historique et de sa modernité communicationnelle qui le placent aux avant-postes de la proximité avec toutes les générations ivoiriennes, achèvent de faire du Che Bogota, une alternative sérieuse pour l’alternance à la tête de la Côte d’Ivoire.

- Une raison stratégique : le régime Ouattara abhorre Guillaume Kigbafori Soro parce que bien que celui-ci, ancien premier ministre, ancien président de l’assemblée nationale, ne soit plus que député de Ferkéssédougou et Président du Comité politique en cette année 2019, sa figure continue de faire autorité dans toutes les consciences ivoiriennes et dans toutes les institutions régaliennes de la République. Guillaume Kigbafori Soro, même dépouillé de tous les ors et lambris des institutions de la République, même privé de ses rentes viagères, est une figure qui incarne la conscience profonde de son pays. Guillaume Kigbafori Soro, pour le dire autrement, est en fusion avec l’âme collective de la Côte d’Ivoire. Chacune de ses pensées, chacune de ses paroles, chacun de ses gestes et chacune de ses œuvres émanent d’une profondeur tellurique qui touchent les cœurs et maintiennent toutes les consciences en éveil.

            Voilà pourquoi, depuis les mutineries de janvier 2017 notamment, et sans le moindre début de preuve établissant sa moindre implication dans la déstabilisation des institutions du régime actuel, Guillaume Soro est dans le viseur du plan de capture de l’Etat de Côte d’Ivoire concocté par le Clan d’Alassane Dramane Ouattara. Ses compagnons fidèles ont été massivement limogés du gouvernement, des administrations et des postes de commandement dans les armées et police, voire même jusque dans les ambassades comme dans les entreprises parapubliques. D’autres ont été enlevés, torturés, embastillés sans le moindre début de procès. Certains, assassinés, comme Soro Kognon à Korhogo ou Lanciné Coulibaly à Abobo, courant 2018. On a essayé tour dans la foulée de lui attribuer tous les remous militaires et sécuritaires du pays. Avant 2017, le régime avait tenté de profiter des événements survenus au Burkina Faso[4] voisin, en septembre 2015, pour se débarrasser de lui. Alors que les magistrats burkinabé affirmaient détenir des preuves que la Présidence ivoirienne aurait armé et financé le putsch du général de brigade Gilbert Diendéré, c’est sur Guillaume Soro que l’omerta des pouvoirs de Ouaga et d’Abidjan essaya de se défouler par un malheureux mandat d’arrêt international tombé aux oubliettes depuis son échec. L’arrestation de Soul to Soul,  fidèle parmi les fidèles de Guillaume Soro, le 9 octobre 2017, faisait carrément suite au refus de Guillaume Soro de participer un mois plus tôt au congrès sommaire et bâclé du RDR à Abidjan. On attribua à Guillaume Soro, sous couvert de Soul to Soul, la cache d’une douzaine supposée de tonnes d’armes, dévoilant ainsi malencontreusement un secret-défense de la République, dont le Président Ouattara est pourtant le premier responsable. Ne pouvant le soumettre, on a inventé toutes sortes de circonstances pour le noyer depuis lors. On est allé jusqu’à attribuer à Guillaume Soro courant 2019, dans le Patriote d’Abidjan, journal ténu par le clan au pouvoir sous la main d’Hamed Bakayoko, un soi-disant projet d’attaque jihadiste[5] contre la Côte d’Ivoire…Rien de tout cela n’a abouti au moindre début de preuve d’un quelconque projet de rébellion militaire de Guillaume Soro contre le régime d’Alassane Dramane Ouattara.

            En réalité, le régime RHDP-RDR aurait tant voulu que le Leader Générationnel Guillaume Soro se prêtât de près ou de loin à un quelconque projet ou acte de déstabilisation, pour pouvoir l’éliminer de toutes les façons possibles. Le problème, c’est que le député de Ferkéssédougou a répondu à cette attente mortifère par la promotion du pardon, de la réconciliation nationale, de l’Etat de droit et de la démocratie en Côte d’Ivoire. Là où certains s’obstinent au RHDP-RDR, à attendre Guillaume Soro avec les canons de la guerre, Guillaume Soro et ses compagnons de lutte – nombreux et proactifs dans la nébuleuse -  s’obstinent à leur répondre par la mobilisation de son peuple pour la paix, pour la justice, pour la grandeur retrouvée de la Nation.

Qu’en est-il alors des attentes du reste des autres forces de l’opposition ivoirienne envers Guillaume Kigbafori Soro ?

Guillaume Soro, un faiseur de rois, un serviteur des revanches des anciens ?

        Dans les milieux du PDCI-RDA et du FPI, j’ai entendu de façon récurrente monter une bien curieuse clameur : Guillaume Soro, y dit-on, devrait simplement se résoudre à débarrasser la Côte d’Ivoire de celui qu’il a contribué à installer au pouvoir, puis à laisser les doyens politiques reprendre les choses en main.
 En effet, côté FPI comme côté PDCI-RDA, nul ne peut contester la prédominance du thème de la revanche politique. Renversé en 1999 par un coup d’Etat mené par le général Robert Guéi, le Président Bédié a gardé cette humiliation en travers de la gorge et n’a pas hésité à reconnaître dans sa récente interview à Jeune Afrique que bien qu’il n’ait pas l’intention de se venger, son retour au pouvoir en 2020 serait bel et bien une revanche sur le triste passé de son départ précipité du pouvoir un 24 décembre 1999. Quoi de plus humain ? La seule question qui demeure orpheline dans une telle ambition, c’est pourtant le sort du peuple de Côte d’Ivoire, oublié un temps dans ce ressentiment personnel et légitime du Chef du PDCI-RDA. Côté FPI, la doctrine GOR est claire : la chute du 11 avril 2011 ne peut se compenser que par le retour triomphal du Woody de Mama au palais du Plateau d’Abidjan. Un messianisme indécrottable s’est bâti autour de ce mythème : il faudra se lever tôt pour l’éteindre. Le seul souci, ici encore, c’est l’oubli du peuple ivoirien, dans cette sorte de quête de réparation narcissique du leader des Refondateurs.

            Se pose alors la question lancinante que voici : la mission historique de Guillaume Kigbafori Soro est-elle, dans l’opposition ivoirienne où il a pris place avec son Comité Politique, de favoriser les revanches historiques des deux autres poids lourds, les Présidents Bédié et Gbagbo ? Guillaume Soro, en 2020, devra-t-il se confiner au double rôle de faiseur de rois ou de serviteur des revanches des vieux briscards de l’opposition ivoirienne actuelle ? J’ai la ferme conviction que le Président du Comité Politique n’a l’intention de jouer ni l’un, ni l’autre des deux rôles que le discours récurrent des doyens de l’opposition pourrait vouloir lui assigner. Guillaume Kigbafori Soro abattra résolument – il l’a dit de mille façons- sa propre carte sur la table de la démocratie ivoirienne. Mais qu’il plaise à mes lecteurs d’en réapprécier les trois raisons essentielles :

-          De 1992 à 1998, Guillaume Soro, leader syndical de la jeunesse ivoirienne (notamment dès 1995), a contribué avec la FESCI au combat pour l’enracinement du pluralisme politique et de la jeune démocratie naissante en Côte d’Ivoire. IL a donné sa poitrine avec sa génération, pour que le multipartisme soit une réalité dans ce pays. Leur temps est résolument venu de prendre la relève de ceux qu’ils ont soutenus et accompagnés pendant près de 30 ans.

-          De 2000 à 2015, Guillaume Kigbafori Soro, Chef de la résistance, ministre d’Etat, Premier Ministre et Président de l’Assemblée Nationale, a contribué à l’avènement au pouvoir de l’opposition ivoirienne. C’est son combat avec le MPCI/FN qui a remis le RDR et le PDCI-RDA en selle dans les négociations politiques ivoiriennes. C’est ce combat qui a permis à Ouattara d’être éligible dès 2005 à Prétoria. C’est ce combat qui a mené à l’APO de 2007. C’est ainsi que Guillaume Soro a organisé en 2010 des élections présidentielles[6] pour ses trois aînés politiques, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié. En 2015, il s’est porté aux premières loges du soutien à la réélection d’Alassane Ouattara à la tête de l’Etat. En un mot comme en mille, Guillaume Soro a suffisamment accordé aux doyens leur temps.

-          Nec plus ultra, le Peuple de Côte d’Ivoire et lui-seul, aspire aujourd’hui à une alternance générationnelle et démocratique, mais aussi pacifique à la tête de l’Etat. Tous les sondages, tous les médias, toutes les aspirations remarquables et remarquées de ce peuple appellent au passage de témoin entre la génération des héritiers et opposants d’Houphouët et celle de leurs cadets, dont Guillaume Kigbafori Soro est l’incontestable leader charismatique et générationnel, selon toutes les enquêtes crédibles.

           Je puis donc conclure en connaissance de cause cette première partie : Guillaume Kigbafori Soro ne tombera ni dans le piège sécuritaire de la complotite du régime Ouattara, ni dans l’attentisme désuet envers un grandfrérisme politique qui est loin d’être un humanisme politique. IL marchera résolument en 2020, crânement vers son inévitable rencontre avec sa Conscience, le Peuple de Côte d’Ivoire, et Dieu Le Tout-Puissant !


[1] http://www.linfodrome.com/vie-politique/49303-accuse-d-etre-en-connexion-avec-des-groupes-djihadistes-guillaume-soro-se-defend-et-menace ;
[2] http://www.linfodrome.com/vie-politique/51435-cote-d-ivoire-soro-gravement-accuse-des-soldats-arretes
[3] http://abidjantv.net/actualites/abidjan-2020-un-sondage-secret-commande-par-alassane-ouattara-donne-soro-en-tete-devant-ouattara-lui-meme-voici-les-rangs/
[4] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/06/17/guillaume-soro-vous-ne-me-prendrez-pas-a-livrer-des-secrets-d-etat-au-telephone_4952460_3212.html
[5] https://afriquepanorama.com/2019/06/29/guillaume-soro-porte-plainte/
[6] https://www.parismatch.com/Actu/International/Election-presidentielle-en-Cote-d-Ivoire-Kaurent-Gbagbo-144661


AUTRES ARTICLES




gks

Copyright 2019 - Guillaumesoro.ci